L'Histoire de Casque d'Or - Partie 2

Posted by Enoble Collaborator on

Casque d'Or

 

Après quelques semaines passées enfermée, à ruminer sa frustration de l'autorité, Amélie sort d'institution avec des envies d'indépendance plus grandes encore. C'est toujours dans la rue qu'elle fait la connaissance de celle qui se fait surnommer Hélène de la Courtille. La jeune femme l'héberge et lui enseigne les rudiments de la vie sur "le ruban". De fait, Amélie devient une prostituée sur le boulevard de Charonne. L’histoire retient que le job lui convient bien, car elle est rapidement connue de la Mondaine et fichée à Saint-Lazare. 

 

Encore toute jeune dans le métier, elle est soutenue par un proxénète notoire surnommé "Bouchon" qui est, de l'avis de l'époque, le pire malfrat que le quartier de Charonne ait donné à la pègre. Un des pires "Gars d'Charonne", assurément pas un tendre. Elle rapporte docilement la recette de ses journées sur les trottoirs de la capitale à cet homme qui passe ses journées dans les cafés à boire et à jouer à la manille et à la passe-anglaise. Alcoolique et violent, l'homme donne à sa "gagneuse" des objectifs intenables. Il l'exploite et il la bat sans vergogne. 

 

C'est au cours de ses 19 ans qu'elle choisit la fuite, loin de ce tortionnaire. Toute la vie de Casque d'Or est rythmée ainsi. Chaque fois qu'elle se sent frustrée ou pleine de mal-être, elle va retrouver des perspectives dans la rue, occupée à « fournir du rêve aux hommes » et « soulager des épouses ». Elle aime à recueillir « les jeunes commis tirant la langue et les dorlote dans ses bras » selon ses propres aveux. 

 

Ces escapades l’amènent à faire la rencontre de Joseph Pleigneur, dit Manda. Lui, "l'Homme", comme on le surnomme dans le quartier, 22 ans, fait plutôt dans la filouterie et les cambriolages. Manda, apprenti polisseur sans emploi, comprend bien vite qu'il a plus à gagner à mettre son habileté au service de la rapine que de s'échiner pour les misères qu'un patron daignera lui laisser. Plutôt porté sur la bagarre, il décroche son titre de noblesse en sortant victorieux d'un combat à mains nues contre Paulo l'Arrangeur sur les fortifs de Belleville. L'exploit le propulse chef de la bande des Orteaux et il devient bien vite haut placé dans la voyoucratie locale. À cette occasion, il s'entoure d'acolytes aux surnoms improbables comme "Cou Tordu", "Le Dénicheur", "Son-Pied", "Le Boulanger". La bande vit de racket, de cambriolages et, bien sûr, de proxénétisme. 

 

Auprès de Manda, Amélie se raconte heureuse en embrasse à nouveau la carrière de "marmite" sur les trottoirs de Belleville ou de Charonne. C'est lui aussi qui l'emmène le premier danser aux guinguettes du bord de l'eau de Saint-Mandé au bord du lac Daumesnil. L'histoire ne tranche pas réellement sur qui est le plus jaloux des deux, mais elle s'accorde sur le fait que les amants vivent une passion dévorante. Manda laisse des poèmes enflammés et désespérés quand Amélie de son côté enrage de le savoir avec d'autres filles. 

 

Extrait d’un des poèmes laissé par Manda, dans lequel on l’imagine aisément se mettant en scène entrain de surveiller Amélie puis par finir par tuer son client de jalousie :  

"Enveloppée de sa mantille, Auprès du bec de gaz qui brille, 

La fille d’amour bat son quart. De temps à autre elle regarde Son amant qui monte la garde Sous un arbre du boulevard. » [...] 

« L’amant debout reste à l’écart... Il regarde...plus rien ne bouge ! Le ruban se teinte de rouge : 

Le ruban, c’est le boulevard !... "

 

KS, Wild Writer 

 

La suite : L'Histoire de Casque d'Or - Partie 3


0 comments

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published